Tag Archives: suicide

La dépression chez les personnes âgées

5 Déc

Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, inaugurait le 18 juillet dernier  le lancement national de l’outil MOBIQUAL en compagnie des fédérations d’aide à domicile. Destiné en premier lieu aux aides à domicile, ce pack comprend un DVD ainsi que diverses fiches pratiques permettant de déceler les premiers signes de la dépression chez les personnes âgées. Si le ministère s’intéresse au sujet, c’est que la dépression des personnes âgées, et son dramatique corrolaire le suicide, touchent une part toujours plus importante des seniors.

La dépression est une pathologie qui concerne aujourd’hui 3 millions de personnes de 15 à 75 ans, soit près de 15 % de la population française. Or il est une portion non négligeable de la population dont on ignore bien souvent l’existence d’une telle maladie: les personnes âgées. En effet, si 5,5% connaissent une dépression majeure et 9,8% une dépression mineure, cette proportion peut aller jusqu’à 30% en établissement spécialisé. Bien souvent le trouble dépressif est imputé au vieillissement, perçu comme forcément triste en soi par la société et comme une source inéluctable de dégradations physiques (troubles du sommeil et de l’appétit, douleurs de toutes sortes) et cognitives (mémoire, attention, concentration).
La dépression est masquée et les souffrances physiques dont se plaint le senior sont associées à des pathologies diverses (arthrose, rhumatismes…) qui sont peut-être présentes mais n’expliquent pas l’ensemble des symptômes. En revanche, certains symptômes typiques (tristesse, dévalorisation personnelle…) sont moins présents. Ou peu exprimés.
Quand la dépression provoque ou accentue les atteintes cognitives, quand elle entraîne un repli, un laisser-aller dans le soin de soi, elle est souvent confondue avec une marque de sénilité ou un symptôme de la maladie d’Alzheimer… Et de fait, ces pathologies peuvent coexister avec la dépression.

Le risque majeur : le suicide

Chaque année plus de 3 000 personnes de plus de 65 ans mettent fin à leurs jours (sur un total de 10 000 suicides tous âges confondus). Et la plupart utilise des moyens radicaux : pendaison, défenestration, arme à feu… Près de 90% des tentatives de suicide dans cette population sont reliées à un état dépressif. Or si pour beaucoup la tentative de suicide constitue un appel au secours, pour nos aînés cela ne se vérifie pas (le taux de mortalité suite à une tentative de suicide atteint pratiquement un pour un chez les hommes. Il est de un pour trois chez les femmes.). Or selon le ministère, 90% des tentatives chez les âgés sont en lien avec un état dépressif. Dans 60% à 70% des cas, les symptômes seraient négligés, méconnus ou mal traités. Pour cette raison, bien en comprendre les causes et les symptômes s’avère nécessaire pour des professionnels en lien direct avec cette population.

Des multiples raisons…

Justement, là réside toute la difficulté puisque les causes sont nombreuses, au point de parfois s’imbriquer sans pouvoir bien les distinguer.
Tout d’abord les facteurs psychologiques se révèlent importants : perte d’un proche, expérience fréquente à un certain âge, départ à la retraite, perte de son réseau social, entrée en institution spécialisée, chagrin de voir sa mémoire se dégrader et son histoire se fissurer… Avec l’âge, les facteurs ne manquent pas et leur enchevêtrement peut provoquer de véritables situations  de détresses auxquelles il convient de faire attention.
Bien entendu, les nombreux soucis de santé qui émaillent l’entrée dans le grand âge favorisent l’apparition de la dépression. Car une souffrance physique mal prise en charge va inévitablement atteindre le moral. De plus, quand une maladie particulière est la cause de la dépression (insuffisance cardio respiratoire, douleur chronique, maladies handicapantes et neuro dégénératives…), sa guérison ne suffit parfois pas à traiter la dépression qui continue à évoluer pour son propre compte.
Il convient alors de bien distinguer les signes annonciateurs et de maintenir un dialogue constant afin de détecter au plus tôt les causes d’une éventuelle dépression à venir. Mieux vaut prévenir que guérir et détecter un terrain favorable au développement de cette maladie permettra de s’attaquer directement à ses racines.

depression-personnes-âgées

Bien en détecter les symptômes

S’il peut être difficile d’anticiper une dépression à venir, il faut apprendre à la déceler. Celle-ci ne doit pas être confondue avec la période de déprime qui suit un événement douloureux et triste. La différence entre déprime et dépression réside dans l’absence de tout sentiment heureux qui caractérise la dépression. Identifier la dépression chez les personnes âgées commence donc par la connaissance de ses signes et  et ses symptômes :

–  Tristesse.
–  Fatigue.
–  Perte d’intérêt dans tous les loisirs.
Isolement et rejet des autres (ne plus vouloir voir ses amis, commencer de nouvelles activités, refus de sortir de la maison).
–  Perte de poids et perte d’appétit.
Troubles du sommeil comme la difficulté à s’endormir ou à rester endormi, ou bien dormir trop et somnoler pendant la journée.
Perte d’estime de soi comme penser être un poids pour les autres ou ne plus s’aimer soi-même.
– Consommation d’alcool ou d’autres substances.
– Pensées suicidaires ou tentative de suicide.

La dépression ne se manifeste pas forcément par de la tristesse. De nombreuses personnes âgées qui sont dépressives ne sont d’ailleurs pas tristes du tout. A la place, elles auront tendance à montrer des signes de manque de motivation, de manque d’énergie et de problèmes physiques ou musculaires. Par exemple, se plaindre de douleurs accrues dues à l’arthrite ou de maux de tête qui empirent sont des symptômes de la dépression chez les personnes âgées. D’autres symptômes de dépression peuvent être l’anxiété et l’irritabilité.

Savoir traiter la dépression

Les traitements pour lutter contre la dépression sont aussi efficaces chez les personnes âgées que chez les jeunes. La thérapie, les groupes de parole et de soutien, les médicaments sont autant de solutions pour soigner les symptômes de la dépression. Malgré tout, le soin des autres problèmes de santé tels que les douleurs chroniques qui coexistent avec la dépression ne doivent pas être oubliés.

Traitement de la dépression par antidépresseurs
Les antidépresseurs peuvent soulager les symptômes de la dépression chez les personnes âgées. Cependant, si la dépression trouve ses causes dans la solitude ou des problèmes de santé, il n’est pas certain que les antidépresseurs soient la meilleure solution.
Par ailleurs, les antidépresseurs ont de nombreux effets secondaires auxquels les adultes réagissent plus ou moins bien. Certains adultes sont plus sensibles que d’autres aux effets secondaires des antidépresseurs qu’ils prennent et vulnérables à leurs interactions avec leurs autres médicaments. Par exemple, certaines études ont montré que le risque de fractures et de chutes était plus élevé avec les antidépresseurs de type ISRS tels que le Prozac. L’usage d’antidépresseurs chez les personnes âgées doit donc être surveillé de près.

Traitement de la dépression par la thérapie
Les études montrent que les résultats d’un traitement par thérapie sont tout aussi bons que les traitements par antidépresseurs pour soulager les effets de la dépression. De plus, par rapport aux antidépresseurs, la thérapie a l’avantage de s’attaquer aux véritables causes de la dépression.

La psychothérapie : la psychothérapie aide les gens à traverser les événements stressant de la vie de tous les jours et à soulager la solitude que l’on ressent pendant une dépression.

La thérapie cognitive et comportementale : cette forme de thérapie permet de transformer ses pensées négatives en pensées positives et d’apprendre à mieux surmonter les épreuves de la vie.

Les groupes de soutien : les groupes de soutien permettent de se mettre en relation avec des personnes qui connaissent les mêmes problèmes que vous et il est donc souvent plus facile de discuter avec des gens qui savent ce que vous endurez pour partager ses expériences, des conseils ou des encouragements.

Sujet encore tabou en raison de ses symptômes trop souvent associés aux incontournables manifestations de la vieillesse, la dépression requiert au contraire une nécessaire prise de conscience. Car si cette maladie peut sembler insurmontable pour le patient, elle n’en demeure pas moins  guérissable, pourvu qu’on soit conscient de son existence et ses effets. Or il est primordial, du fait de notre métier, de savoir faire face à la dépression

Publicités

Le suicide des personnes âgées: une réalité à combattre

11 Sep

Le gouvernement a décidé de s’attaquer à un problème trop longtemps ausculté mais pourtant bel et bien réel: le suicide des personnes âgées. Si 10 464 suicides sont à déplorer en 2009, la proportion des plus de 60 ans s’élève à plus d’un tiers bien que leur part dans la population française n’atteint que 22%.  La première responsable de cette disproportion? La solitude, charriant avec elle un sentiment de culpabilité , comme l’explique Mireille Dantel-Fort, bénévole de l’association « Au bout du fil » avec qui la ministre en charge du dossier, Michèle Delaunay, s’est entretenue.

Cet affect si destructeur reste profondément lié à l’attitude de l’entourage, qu’il soit familial ou issu d’un organisme d’aide à domicile, et faire œuvre de pédagogie à leur encontre constitue le premier levier pour lutter contre ce maux. Bien entendu, le combat contre la maltraitance envers les personnes âgées et handicapées demeure également un autre facteur important. Mais si parler d’un problème c’est déjà s’engager dans sa solution, alors une première étape vient d’être franchie.